Statuts

 

Statuts, Une proposition de Boris Charmatz
A la ferme du buisson, les 02 et 03 mars 2001

Lectures (Hollis Frampton, François Dagognet, Jean-François Pirson) : Vincent Dupont 
Performance : Roman Signer
Installation-performance : Programme court avec essorage / Gilles Touyard, Julia Cima, Boris Charmatz
Narcisse Flip – Loop : Xavier le Roy en collaboration avec Tino Sehgal
Sérigraphies : jean-Luc Moulène
Installations : Sylvia Bossu
Installation Bertrand Lamarche
Installation : Superamas

 

Note d'intention

L'idée de Statuts est née au moment des tests de Programme court avec essorage imaginé par Gilles Touyard. Cette installation-performance présente toutes les caractéristiques d'une confrontation entre corps et machine; mais elle est peut-être avant tout un "geste" de plasticien: placer les corps sur un socle et, simultanément, les déboulonner. Pour aller plus loin, en compagnie d'autres artistes, y compris ceux que l'on ne peut plus rencontrer, l'envie est venue de créer un contexte qui permette d'insister sur ce questionnement-là, celui du statut que nos pratiques artistiques donnent au corps et à la présence.

Dans un cheminement successif autour de pièces plastiques ou performatives sont convoquées des oeuvres mettant en scène une dérive possible des statuts du corps. La "présentation" est déclinée en une série d'étapes: du corps entier (incarné, totalement là, vivant et respirant) au corps révélé seulement par la lumière qu'il absorbe, du corps trafiqué par nos machineries perceptives au corps absent ou hypothétique problématisé par certaines pièces plastiques. Chaque étape propose une nouvelle dérive tout en montrant au même iveau des expériences qui requièrent habituellement des modes de présentation spécifiques: sur un pied d'égalité sont aussi bien présentés des actes spectaculaires que des objets plastiques.

Boris Charmatz

 

Production : Association edna 
Coproduction : Kaaitheater / Bruxelles, Le Quartz / Brest, TNB/ Rennesn CND / Pantin
Avec le soutien de La Ferme du buisson / scène nationale de Marne-La-Vallée
Avec le concours des Fonds Régionaux d’Art Contemporain de Bourgogne, des Payx de Loire et de l’Institut d’Art contemporain de Villeurbanne
Remerciements à Sylvain Bossu et à Annie Deschênes, Johanna Mahé-Guillier et Annabelle Pulcini pour leur participation aux installations