Con forts fleuve

date de creation: 
1999

chorégraphie : Boris Charmatz
avec : Nuno Bizarro, Dimitri Chamblas, Boris Charmatz, Julia Cima, Vincent Dupont, Myriam Lebreton, Catherine Legrand ou Olga de Soto Et deux figurants
musiques : Otomo Yoshihide

 

Con forts fleuve - Notes sous la chorégraphie

Dire on (pronom impersonnel) plutôt que nous.
On dispose d’une certaine tension hermétique, voisine de la contention.
On regarde une grande salle de spectacle.
On décide de sous utiliser les moyens à sa disposition, en instituant des zones vidées et des éclipses de lumière. On réitère l’expérience jusqu’à écœurement pour établir des creux de représentation et partager subrepticement le spectacle en deux “branches” distinctes. (Bien que sans cesse suspendues, ces deux “branches” suivent leur cours jusqu’à leur terme).
On délaisse les feux de la rampe et leur exigence (passer ladite rampe) pour expérimenter la réalité de corps maintenus à distance. Par la même occasion, on essaye de déboulonner le statut du danseur en scène, en profitant de l’axe perspectif. Plutôt que d’ordonnancer le corps du groupe, on applique les grands remèdes : brouillage, indistinction, recouvrements, occultations, distance, hétérogénéité des parties en présence.
À partir de ce moment-là, on ne distingue plus bien.
Mais se posent moins des problèmes de visibilité que des questions d’incarnation.
Ou plutôt : il est question d’incarnation. Le choix de brouiller, maintenir à distance, interrompre sans cesse, pourrait être une stratégie visant à s’écarter de la perception usuelle des spectacles du corps. Mais le grand trouble, c’est la menée de la présence. Le grand trouble, c’est le corps quand on ne sait plus très bien quel “propre” son sens recouvre, c’est la présence mise à mal.
Une trilogie s’obscurcit : corps présence voix.
Après s’être demandé si la danse était vraiment une affaire de corps (plus que toute autre sphère d’activité, et comme si le corps disparaissait dans l’écrire ou dans le penser ?), on pourrait aussi interroger les lieux communs de la voix comme unicité, projection entière de chaque individu et affirmation d’une présence absolue : la présence-du-corps-dans-la-voix.
Face à cette voix totale, on propose deux investigations contrastées : d’une part en opérant à partir d’un texte de John Giorno une mise à-plat, une déréalisation, pour tout dire, une désincarnation de sa présence (ceci même alors que Giorno ’bourre” son verbe de chair et d’enchâssements corporels). D’autre part en essayant une forme de bifurcation quasi accidentelle, l’énergie dansée investie momentanément dans nos organes vocaux, à la recherche d’une « physicalité » de la voix.
Un texte de corps qui n’est plus porté et des voix sans mots qui ne fouillent que le corps : hétérogénéité de l’oral entre les “blocs de chair déterritorialisés”* et le flottement d’une sexualité du verbe qui ne trouve pas à s’incarner.
Coincée entre John Giorno et la musique d’Otomo Yoshihide, la danse cherche encore ailleurs ses motifs. Dimitri Chamblas, Boris Charmatz, Julia Cima, Myriam Lebreton, Vincent Dupont, Nuno Bizarro et Catherine Legrand se souhaitent mutuellement bon courage.

Boris Charmatz, printemps 1999

 

extraits de SON-9, TSOG-16, ROCRR-64, TS-7235, 75-ST51, UTR DR-0030 tirés du disque compact Vinyl tranquilizer (Noise Asia NAIM01)
extrait de One-DD tiré du disque compact Sound Factory (Gentle giant records gg021)
textes : John Giorno
"Pornographic Poem" et "Give it to me, baby"
extraits de Pornographic Poem
tiré du disque vinyl The Intravenous Mind presents poems by John Giorno lp 501/1967 (transcription et traduction : Véronique Beghain)
lumière : Yves Godin
son : Olivier Renouf
régie son : Olivier Renouf ou Mathieu Farnarier
travail voix : Dalila Khatir
direction technique : Marc Chevillon ou Alexandre Diaz
durée : 65 minutes
dans le cadre du programme Initiatives d'artistes en danse contemporaine. Fonds pour la danse de la Fondation de France.
production Association edna ; Musée de la danse
coproduction : Le Quartz-Centre national dramatique et chorégraphique de Brest (création-résidence), La Filature-Scène nationale de Mulhouse, Festival d'Automne à Paris, Luzerntanz - Luzern, Kaaitheater - Bruxelles.
« Con forts fleuve » a été créé le 7 octobre 1999 au Quartz-Centre national dramatique et chorégraphique de Brest.