Vincent Druguet

Vincent Druguet découvre la danse contemporaine alors qu’il pratique la gymnastique acrobatique et qu’il poursuit des études scientifiques à l'université.
Cette danse l’enthousiasme et il abandonne ses études de mathématiques pour devenir danseur professionnel, ce qui lui permet de travailler avec de nombreux chorégraphes : on le voit chez Odile Duboc (Centre Chorégraphique National de Belfort), Nathalie Collantes, Daniel Larrieu (Centre Chorégraphique National de Tours), William Forsythe (Frankfort), Michel Kelemenis, Boris Charmatz, Martine Pisani, Olga de Soto… ou dans une reprise des Carnets Bagouet : Meublé sommairement.
En parallèle, sa curiosité est large : les arts plastiques, la vidéo, le cinéma l’intéressent. Il développe un travail vocal avec Georges Appaix et Pascal Montrouge et c’est un stage de théâtre musical (Aperghis-Drouet) qui confirme son désir de travailler avec la voix. Rachel Mateis et Mie Coquempot lui proposent d’en expérimenter les différents possibles, ainsi qu’Arnold Pasquier en tant que comédien. Il s'essaie à quelques travaux personnels de vidéo et de numéros de cabaret.
Il décède en 2010.