Quintette cercle
Chorégraphie : Boris Charmatz

Ballet sommaire, saltatoire et chantant

Une « tranche de spectacle » :
Nous chantons, sur, de, pour la musique de Galina Ustvolskaya, l’une des plus denses du vingtième siècle. Nous la chantons comme s’il s’agissait d’un tube qui passe quotidiennement à l’antenne. Toute la modernité, toute la Russie, toute l’âme : cette musique essaye d’embrasser une totalité. Toute l’Histoire. Et nous, tant bien que mal, nous embrassons cette musique dont la totalité ne peut être que miroitante.
La voix et le corps se partagent strictement l’espace. Les rythmes de l’un nourrissent les sautes de l’autre pour former un amalgame. Une sorte de pierre folle fendillée.
Nous nous tenons la main, en cercle, à l’ancienne. La danse n’a lieu qu’en échange de l’abandon du chant, de ce cercle, de cette musique, de ce lien commun. Elle nous prend dès que nous lâchons les mains, nous quitte aussi vite que nous rentrons dans la ligne.
Subrepticement. Et subrepticement nous guettons l’espace alternatif qui nous permet d’habiter ce monde en un ballet sommaire.
Pour le visiteur allongé devant héâtre-élévision, les multiples spectacles qui composent cette pseudo-installation ne sont révélés qu’en partie, à la découpe. Chaque danse est méticuleusement réduite à l’espace minuscule du téléviseur.
Le morceau du Quintette cercle est filmé de loin, l’énergie de la danse et des visages ne peut que se deviner. Lors du tournage, une évidence est vite apparue : cette chorégraphie ne rentrerait dans l’écran du téléviseur que pour mieux en sortir. On fantasme une version « live » dont la puissance emplirait le volume du véritable théâtre… une revanche des visages pixellisés et des physicalités aplaties.
Nous y voilà.

Boris Charmatz

Durée : 35 min

Interprétation :

Nuno Bizarro ou Andreas Müller, Boris Charmatz, Anna MacRae, Latifa Laâbissi, Fabrice Ramalingom

Travail vocal : Dalila Khatir
Lumières : Yves Godin
Direction technique : Frédéric Vannieuwenhuyse
Son : Olivier Renouf
Matériaux sonores : Henri Cowell (Anger Dance, Aeolian harp), Galina Ustvolskaya (Composition Dona nobis Pacem) et les danseurs

Direction de production : Sandra Neuveut, Martina Hochmuth, Amélie-Anne Chapelain
Production : Association edna ; Musée de la danse / Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne – Direction : Boris Charmatz. Association subventionnée par le ministère de la Culture et de la Communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles / Bretagne), la Ville de Rennes, le Conseil régional de Bretagne et le Conseil général d’Ille-et-Vilaine.
L’Institut français contribue régulièrement aux tournées internationales du Musée de la danse.
Coproduction : Montpellier Danse 06, Festival d’Automne à Paris, Les Spectacles vivants-Centre Pompidou - Paris
Remerciements : Julia Cima, Mathilde Lapostolle et Benoît Lachambre pour leur participation à la création de ces danses, ainsi que l’ensemble des coproducteurs de héâtre-élévision.

Quintette cercle a été créé au studio Bagouet du Centre chorégraphique national de Montpellier Languedoc-Roussillon dans le cadre du festival Montpellier Danse 06 le 24 juin 2006.

Photo de couverture : © Laurent Philippe / Quintette cercle, Centre Georges Pompidou, Paris, 2006

  • Quintette cercle - Centre Georges Pompidou, Paris, 2006
  • Quintette cercle - Domaine de Chamarande, 2008
  • Quintette cercle - Centre Georges Pompidou, Paris, 2006

  • Quintette cercle
    © Musée de la danse

  • Partager :